Le site de la numismatique française moderne 1789-2001

Infonumis, le site de la numismatique moderne

 Accueil

Historique et description des monnaies de la Révolution à la cinquième République, monnaies de prétendant ...      Visualisation des différents états de conservation par type      Historique et description des monnaies de confiance, Monneron, caisse de bonne foi, Clémanson ...
Historique et description des monnaies de siège (siège d'Anvers, siège de Strasbourg, siège de Mayence, ...)      Historique et description des fausses monnaies, répertoire de fausses monnaies      Historique et description des essais et autres monnaies, monnaies de prétendants, monnaies obsidionales, monnaies satiriques, monnaies de visite, timbres monnaies, piéforts, pré-séries,...

Comment classer et préserver vos monnaies

Comment bien acheter et vendre des monnaies

Calendrier des bourses numismatiques et toutes collections

Liste de monnaies à prix marqué

Pour nous contacter

Liste de sites numismatiques

 

  


I
n
f
o
n
u
m
i
s

 

 

 

 


I
n
f
o
n
u
m
i
s

 

 

 

 


I
n
f
o
n
u
m
i
s

 

 

 

 


I
n
f
o
n
u
m
i
s

 

 

 

 


I
n
f
o
n
u
m
i
s

 

 

 

 


I
n
f
o
n
u
m
i
s

 

 

 

 


I
n
f
o
n
u
m
i
s

 

 

 

 


I
n
f
o
n
u
m
i
s

 

 

 

 


I
n
f
o
n
u
m
i
s

 

 

 

 


I
n
f
o
n
u
m
i
s

 

 

 

 


I
n
f
o
n
u
m
i
s

 

 

 

 


I
n
f
o
n
u
m
i
s

 

 

 

 


I
n
f
o
n
u
m
i
s

 

 

 

 


I
n
f
o
n
u
m
i
s

 

 

 

 


I
n
f
o
n
u
m
i
s

 

 

 

 


I
n
f
o
n
u
m
i
s

 

 

 

 


I
n
f
o
n
u
m
i
s

 

 

 

 


I
n
f
o
n
u
m
i
s

 

 

 

 


I
n
f
o
n
u
m
i
s

 

 

 

 


I
n
f
o
n
u
m
i
s

 

 

 

 


I
n
f
o
n
u
m
i
s

 

 

 

 


I
n
f
o
n
u
m
i
s

 

 

 

 


I
n
f
o
n
u
m
i
s

 

 

 

 


I
n
f
o
n
u
m
i
s

 

 

 

 


I
n
f
o
n
u
m
i
s

 

 

 

 


I
n
f
o
n
u
m
i
s

 

 

 

 


I
n
f
o
n
u
m
i
s

 

 

 

 


I
n
f
o
n
u
m
i
s

 

 

 

 


I
n
f
o
n
u
m
i
s

 

 

 

 


I
n
f
o
n
u
m
i
s

 

 

 

 


I
n
f
o
n
u
m
i
s

 

 

 

 


I
n
f
o
n
u
m
i
s

 

 

 

 


I
n
f
o
n
u
m
i
s

 

 

 

 


I
n
f
o
n
u
m
i
s

 

 

 

 


I
n
f
o
n
u
m
i
s

 

 

 

 


I
n
f
o
n
u
m
i
s

 

 

 

 


I
n
f
o
n
u
m
i
s

 

 

 

 


I
n
f
o
n
u
m
i
s

 

 

 

 


I
n
f
o
n
u
m
i
s

 

 

 

 


I
n
f
o
n
u
m
i
s

 

 

 

 


I
n
f
o
n
u
m
i
s

 

 

 

 


I
n
f
o
n
u
m
i
s

 

 

 

 


I
n
f
o
n
u
m
i
s

 

 

 

 


I
n
f
o
n
u
m
i
s

 

 

 

 


I
n
f
o
n
u
m
i
s

 

 

 

 


I
n
f
o
n
u
m
i
s

 

 

 

 


I
n
f
o
n
u
m
i
s

 

 

 

 


I
n
f
o
n
u
m
i
s

 

 

 

 


I
n
f
o
n
u
m
i
s

 

 

 

 


I
n
f
o
n
u
m
i
s

 

 

 

 


I
n
f
o
n
u
m
i
s

 

 

 

 


I
n
f
o
n
u
m
i
s

 

 

 

 

 

Les monnaies de confiance

les monnaies de confiance  
OUVRAGE SUR LES MONNAIES DE CONFIANCE 1791-1792
Voir détails en page d'accueil
 

Monneron
Caisse de Bonne Foi
Lefèvre-Lesage
Clémanson
Manufacture Potter

 

Lien vers un récapitulatif des Monneron les plus connus, avec leurs variétés et cotes.

 

En 1789, les caisses de l'Etat sont vides. Pour éviter la banqueroute, le 2 Novembre, l'Assemblée Constituante décide de mettre les biens du Clergé à la disposition de la Nation.

Les 19 et 21 décembre 1789, elle prévoit l'émission d'assignats portant intérêt à 5%, remboursables sur le produit de la vente des biens du clergé et garantis par les biens nationaux. Finalement, et contrairement à ce que l'on peut lire souvent, les premiers assignats ne seront émis qu'en juin et août 1790 (même si certains sont datés 1789) et ne rapportent que 3%. Cette première émission comprend trois valeurs : 200, 300, et 1000 livres.

Au 7 septembre 1795, 45 milliards d'assignats ont été émis et les intérêts ramenés à 0. Cette inflation provoque une hausse constante du coût de la vie, une dépréciation continue de l'assignat et la disparition du numéraire métallique.

ASSIGNATS : "tableau complet de leur valeur, contre un louis d'or"
N&C n°16 - Fev. 1974.

Pour combler le déficit en petite monnaie et faciliter les achats de la vie courante, des entrepreneurs privés ont mis en circulation des monnaies de cuivre, ou plus rarement d'argent. Elles n'eurent jamais cours légal mais circulèrent abondamment de 1791 à 1794 bien qu'interdites par décret en 1792.


 

Monneron

Les monnaies de confiance les plus répendues sont celles des frères Monneron, "négociants à Paris" (et éditeurs de médailles), notamment les cinq sols dites au "Serment" ou "Pacte Fédératif" avec la légende "REMBOURSABLE". Les frères Monneron feront fabriquer des pièces de 2 et 5 sols en Angleterre par Matthew Boulton, sur des balanciers animés par des machines à vapeur misent au point par James Watt. Les frappes auraient commencé fin 1791. Les frères Monneron font faillite en 1792 et, bien qu'interdites par un décret du 3 septembre 1792, ces monnaies particulières circuleront jusqu'à fin 1793 début 1794. Par ailleurs, la dépréciation rapide des assignats entraîna la thésaurisation (et certainement des refontes) de ces belles pièces car leur valeur intrinsèque (bronze) dépassait à un moment leur valeur faciale.

A lire pour ceux qui veulent allée plus loin : Frères Monneron, histoire d'une faillite...

A noter l'inscription sur la tranche à partir de 1792 : "LA CONFIANCE AUGMENTE LA VALEUR" qui en dit long sur l'état d'esprit du peuple à l'époque!

Pour compléter ce court résumé de l'ouvrage "Monnaies de confiance", vous trouverez dans le lien suivant une intéressante biographie des frères Monneron.

----------

Le marquage de la tranche sur les Monneron

Jusqu'en 1807 la majorité des monnaies sont frappées sans virole et il faut attendre 1831 pour que soient utilisées les viroles brisées qui permettront le marquage en relief. Concernant les Monneron, vu la régularité des monnaies, il est certains qu'ils furent frappés avec une virole. Cette virole était lisse, le marquage de la tranche était fait ultérieurement (les avis divergent!) entre deux tringles montées sur une machine de Castaing. On trouve donc des tranches inscrites indifféremment dans le sens A ou B. Les défauts de marquage et les inscriptions qui se chevauches ou qui restent incomplètes sont courantes.

Si la virole avait été gravé en relief pour inscrire la tranche au moment de la frappe, elle aurait été faite de plusieurs parties pour pouvoir sortir la pièce après la frappe mais ce système ne fut mis au point que plus tard. De plus, la tranche ne pouvait pas être marquée avant la frappe car on peut imaginé que la pression contre la virole lors de cette frappe aurait effacé le marquage.
 

Monneron de CINQ SOLS "au Serment" ou
"au Pacte" 1791 et 1792.

Premier type : "A ECHANGER..." de 1791 (AN III)
31 à 33g - 40mm
Tranche en creux : "DEPARTEMENTS DE PARIS DE RHONE DE LOIRE DU GARD"
Contrairement au type suivant, le T de départements est bien présent!

Monneron au Pacte de 1791
Monneron de CINQ-SOLS au Pacte, 1791.

La scène sur l'avers rappelle le serment de la fête de la Fédération du 14 juillet 1790 qui commémorait la prise de la bastille.

Les monnerons de CINQ-SOLS datés 1791 et AN III sont beaucoup plus rares que ceux de 1792 AN IV. La légende sous l'autel est en chiffres romains. La frappe de la scène dans l'ovale entraîne une déformation du bord qui s'incurve légèrement et ne permet pas à la légende "VIVRE LIBRE OU MOURIR" de bien sortir (sans S à LIBRE). Ce problème sera en partie résolu sur la seconde émission de 1792 (avec S à LIBRES).

monneron de 5 sols
Rare revers de 1791 avec la date en légende circulaire (à 10h).

monneron de 5 sols au Pacte
Revers du Monneron de 1791 avec date à l'exergue.

Pour le Monneron de 1791, on trouve le millésime à l'exergue (comme ci-dessus) mais aussi en légende circulaire avec 1791 à 10h, au niveau de "FRERES". La légende est donc décalée et commence avec "MONNERON" centré en haut du revers [ Photo ]. Les rares pièces avec la date en légende circulaire sont les tous premiers monnerons de cinq sols qui ont été fabriqués (avec les 2 sols datés 1791).

La valeur est exprimée avec 50L.

A noter que la tranche inscrite en creux est différente du second type (sauf pour une partie de celles de l'An III et quelques An IV) avec : "DEPARTEMENTS . DE . PARIS .  DE . RHONE . DE .  LOIRE . ET . DU . GARD ."

Second type : "REMBOURSABLE..." de 1792
AN III
: 30 à 33g - 40mm et AN IV : 26 à 28g* - 40mm
*
sauf pour les exemplaires qui ont encore la tranche "DEPARTEMENTS..."
AN III :
Tranche en creux : "DEPARTEMENTS DE PARIS DE RHONE DE LOIRE DU GARD"
ou "DEPARTEMENS DE PARIS RHONE ET LOIRE DU GARD"
 
AN IV :
Tranche en creux : "DEPARTEMENS DE PARIS RHONE ET LOIRE DU GARD"
 
Sauf pour quelques exemplaires qui ont encore la tranche "DEPARTEMENTS...".

 Monneron au Pacte de 1792 
Monneron de CINQ-SOLS dit "au Serment" ou "au Pacte", 1792.

De façon générale, la tranche est différente du premier type, et inscrite en creux : "DEPARTEMENS DE PARIS .  RHONE ET  LOIRE . DU GARD . &". Seule une partie des rares pièces de l'An III* et quelques exemplaires de l'An IV ont la tranche avec "DEPARTEMENTS...", comme le type précédent avec la date en chiffres romain. Ces spécimens sont alors de poids lourds.

* En effet, j'ai pu trouver des exemplaires du Monneron de cinq sols au pacte daté AN III dont certains portaient la tranche "DEPARTEMENTS..." et d'autres la tranche "DEPARTEMENS..."! Ceci nous indique que les nouvelles tringles de marquage des tranches étaient prêtes en l'AN III et quelles ont servi à inscrire quelques flans lourds avant le passage aux flans plus légers utilisés en l'AN IV.

Pour les pièces de l'An IV, le poids est le plus souvent en dessous de 28g. Les exemplaires de l'An III sont beaucoup plus lourds (31 à 33g*). Ce poids correspond aux monnerons du premier type. La réduction de poids intervient donc au passage de l'An III à l'An IV. Seules les quelques pièces de l'An IV avec la tranche DEPARTEMENTS du premier type sont encore de poids lourd. Le poids de ces flans peut parfois descendre jusqu'à 30g. Ces flans lourds, devaient encore être en stock dans l'atelier lors de la modification du coin (passage du type 1 au type 2, lorsque la légende devient "REMBOURSABLE..."). Ils ont été frappés avec les nouveaux coins du second type, datés An III puis IV.

* Le poids de l'exemplaire daté AN III de la vente Aix enchères art d'octobre 2007 et toutefois de peu inférieur à 30g avec 29,49g (tranche DEPARTEMENS sans T).

Monneron au Pacte de 1792 anIII
Revers du rare Monneron au Serment daté de l'An III.
Cet exemplaire est un essai sur flan bruni sans accent à LIBERTE et en frappe médaille..

 

Monneron au Pacte de 1792
Revers du courant Monneron au Serment (50#, An IV)

D'après certains, on peut trouver deux variétés quand à l'indication de la valeur en assignats : 50# et 50L. Il s'agit probablement d'une erreur. Seules les pièces du premier type portent l'indication 50L.

Il existe deux types de gravure pour la légende des monnerons de l'An IV avec 50# :

- l'une avec VIVRE LIBRES OU MOURIR écrit en petit et sans point au-dessus du M de MONNERON au revers ,

- l'autre avec VIVRE LIBRES OU MOURIR écrit en plus gros et avec un point au-dessus du M de MONNERON au revers. Il s'agit sans doute d'une modification ultérieure qui permet de dire que les monnaies avec le point sur le M ont été frappées après celles sans le point sur le M.

On notera que les rares exemplaires de l'An IV en frappe médaille que j'ai pu trouver sont des hybrides, avec avec le premier revers où il n'y a pas de point sur le M de Monneron, mais avec le second avers où  la légende VIVRE LIBRES OU MOURIR est écrite en plus gros! On ne peut toutefois pas en déduire que la fabrication en frappe médaille est volontaire, car cette association de coins existe aussi en frappe monnaie.

----------

Si l'on veut établir une chronologie dans la frappe de ce second type daté An III puis An IV, elle semble être la suivante :

1 -  Utilisation de flans lourds encore en stock du premier type de 1791 et marquage de la tranche avec la légende "DEPARTEMENTS..." pour la frappe de monnaies du second type datées 1792 et AN III (avec la nouvelle légende "REMBOURSABLE").

2 - Utilisation de flans lourds et inscription de la tranche avec la nouvelle légende "DEPARTEMENS..." pour la frappe de monnaies toujours datées 1792 et AN III (sans doute pour "finir" un stock de flans lourds et les coins de l'AN III).

3 - Utilisation (peut-être simultanée) de flans lourds du premier type (ancien stock) et marquage de la tranche avec  "DEPARTEMENTS...", frappés avec les nouveaux coins datées 1792 et AN IV.

4 - Utilisation de nouveaux flans plus léger dont la tranche est inscrite avec la nouvelle légende "DEPARTEMENS..." pour la frappe des monnaies suivantes (datées AN IV).

5 - Modification de la taille des légendes à l'avers (plus grosses) et frappe avec un coin de revers précédent (sans point sur le M). Tranche "DEPARTEMENS..."

6 - Utilisation du nouveau coin d'avers modifié (avec légendes plus grosses) et ajout d'un point sur le M de Monneron au revers.
 

L'exemplaire de Monnaies XI n°1438 (AN IV, 50#, tranche "DEPARTEMENTS..." avec un point sur le M et poids lourd) pose toutefois un problème car il confirme que les derniers coins (avec grosses légendes à l'avers et un point sur le M au revers) ont servi à frapper des flans prévu pour le premier type de 1791. Je pense que c'était surtout par soucis d'économie, certainement pour épuiser un fond de stock! Une monnaie similaire était présente dans la vente Aix Enchères Art d'octobre 2007 mais en frappe monnaie.

----------

Un exemplaire de cinq sols au pacte en argent de 27,13g était proposé lors de la vente Palombo n°1. Il semble unique et a réalisé 4400€!

Monneron au Pacte de 1792 agt
Exemplaire en argent de la vente palombo n°1

Cet exemplaire (tranche DEPARTEMENS...) est plutôt énigmatique car le coin d'avers est celui qui a servi à frapper les monnerons suivant du type 3 avec VIVRE LIBRES OU MOURIR écrit en plus petit (le coin de revers étant celui avec un point sur le M). Le grénétis plus large en forme de bâtonnets serrés provient du fait que les flans prévu pour le troisième type ne font que 38mm et c'est le grénétis qui ratrappe les 2mm que l'on a en trop ici. Il s'agit d'un essai du coin d'avers réalisé avant la frappe du type 3 (le revers est un coin déjà utilisé pour le second type du monneron au Pacte). D'autre part, il se pose le problème du poids car un exemplaire en argent devrait être beaucoup plus lourd! Il est donc possible que cet exemplaire soit en fait en bronze et recouvert d'une épaisse argenture d'époque. Ces flans spéciaux sont sans rapport avec les monnaies ayant été argentées ou dorées ultérieurement.

----------

On trouve aussi des monnerons recouverts d'une pellicule argentée ou dorée apocryphe comme ceux ci-dessous.

Monneron au Pacte de 1792

Cette argenture se trouve aussi sur les deux sols "à la Liberté assise" de l'AN III et, ce qui est plus étonnant, sur l'essai de deux sols à la pyramide (Catalogue Platt de mai 2007).

Rare argenture d'époque et courante argenture apocryphe, comment faire la différence? A découvrir dans l'ouvrage "Monnaies de confiance 1791-1792".

Monneron au Pacte de 1792 dore
Poids lourds de 30,40g, avec T à DEPARTEMENTS...
(VSO Monnaies d'Antan n°2)

L'exemplaire doré ci-dessus fait 30,40g et, après confirmation, il s'agit bien d'un flan lourd du premier type avec un T à DEPARTEMENTS (frappe monnaie et avec un point sur le M de MONNERON).

Troisième type : 5-SOLS "QUI SE VEND..." de 1792
25g - 38mm
Tranche en creux : "BON POUR LES 83 DEPARTEMENS"
(parfois avec le second T à DEPARTEMENTS)


Monneron de 5sols au Pacte de 1792
La tranche est inscrite en creux "BON POUR LES 83 DEPARTEMENS".

Les monnerons de 5-sols au Pacte ne font que 38 mm au lieu de 40 mm. Outre le diamètre inférieur, le poids est proche de 25g. Ces pièces sont en frappe monnaie. Ce type est plus courant que le suivant jusqu'au TTB mais reste rare en SUP. Il se trouve que même les exemplaires n'ayant pas ou peu circulé et qui ont encore leur rouge d'origine, présentent souvent des faiblesses de frappe dans les légendes, à l'avers comme au revers.

C'est semble-t-il à partir de mai 1792 que la légende des monnerons change au revers : "QUI SE VEND..." remplace "REMBOURSABLE EN ASSIGNATS..." pour se mettre en conformité avec une certaine loi du 3 mai 1792 mais je n'ai pas retrouvé ce texte! Ils seront tout de même interdits en septembre de la même année.

Quatrième type : "CINQ-SOLS" "QUI SE VEND..."
1792

26 à 28g - 40mm
Tranche en creux : "LA CONFIANCE AUGMENTE LA VALEUR" 
 

Monneron de CINQ sols
Les Monneron de "CINQ - SOLS" avec légende "QUI SE VEND" sont plus rares, mais se trouvent en très bon état.

A noter que les monnerons sont usuellement en frappe monnaie mais ce type fut fabriqué en frappe médaille.

La légende en creux sur la tranche est "LA CONFIANCE AUGMENTE LA VALEUR" mais J.M. Leconte indique que l'on peut aussi y trouver la légende "DEPARTEMENTS". On ne sait pas s'il veut dire "DEPARTEMENTS DE PARIS .  RHONE ET  LOIRE . DU GARD . &" ou "BON POUR LES 83 DEPARTEMENTS". En fait, seuls les essais n'ont pas encore la bonne tranche, comme l'exemplaire en vermeil décrit plus loin.

Pour ce type de monneron, on trouve un essai du revers sur flan bruni avec l'avers du type précédent (comme sur l'exemplaire de la vente Palombo). Ce dernier étant plus petit (38mm), le grénétis prend la forme de bâtonnets sur un flan de 40mm (photo ci-dessous).

Les pièces courantes sont avec VIVRE LIBRES OU MOURIR écrit en plus gros avec un grénétis à oves ovales comme sur la majorité des monnerons au Pacte.

Monneron de cinq sols au Pacte de 1792 flan bruni

Cet exemplaire avec grénétis en bâtonnets provient de la vente Aix Enchères Art d'octobre 2007. La qualité du flan, de la frappe et du centrage sont exceptionnels. Il s'agit bien d'un flan bruni passé inaperçu. La légende REVOLUTION FRANCAISE est avec une cédille au C mais moins marquée. Le coin de revers comporte aussi un fin tiret après QUI SE VEND-.

----------

Deux rarissimes exemplaires étaient proposés dans la VSO Monnaies d'Antan n°2 de décembre 2007 :

- un essai sur flan bruni en bronze et frappe médaille de 27,07g

- un essai sur flan bruni doré en vermeil et frappe médaille de 31,54g


Exemplaire en verveil de la vente Monnaies d'Antan n°2.

Monneron de 1, 2 et 5 sols "à l'Hercule"
1792.

Monneron de 5 sols Hercule

Commentaires à propos de ce type monétaire (repris de Monnaies XXIII) :
Ce type de droit fut également employé pour l'essai de deux sols des frères Monneron. Le dessin préparatoire du droit, avec l'Hercule, a été réalisé par Augustin Dupré en 1788 pour la médaille des six corps de marchands ; il est publié à la page 148 du catalogue d'exposition : "Augustin Dupré (1748-1833), graveur général des monnaies de France".


Monneron de deux sols à l'Hercule

Sur le 5 sols, comme sur le monneron de 1 sol, Hercule essai vainement de briser le faisceau de la Liberté devant le temple de la Sagesse alors que sur le monneron de 2 sols et l'essai "à la pyramide", il brise le sceptre de la royauté*.

* C'est le 25 septembre 1792 que les armes royales sur le sceau de l'Etat sont remplacées par une femme : la "République" ou "Liberté" qui deviendra la "Marianne" alors que le roi est en prison depuis plus d'un moi.

La gravure de l'avers est différente pour chaque valeur. Au revers on retrouve la légende "médaille qui se vend..."

Le monneron de 5 sols à l'Hercule se trouve en frappe médaille et en frappe monnaie.

Sur les monnerons de 5 sols à l'Hercule, la tranche courante est inscrite avec : "LA CONFIANCE AUGMENTE LA VALEUR". Parmis les frappes à l'Hercule, seuls les 5 sols ont réelement été utilisées comme véritable monnaie et, même si les SUP ne sont pas rares, on trouve des exemplaires TB ou TTB.

Les 1 et 2 sols se trouvent avec la tranche lisse et je dirais même que je ne suis pas certain qu'ils existent avec la tranche inscrite. Au n°1327 de Monnaies IV on trouve un exemplaire du 2 sols avec la mention "reste de tranche inscrite". Il s'agit d'une refrappe sur un deux sols à la Liberté assise et la tranche est restée marquée malgré la pression contre la virole. D'autres exemplaires de 2 sols à l'Hercule refrappés sur des deux sols à la Liberté m'ont été confirmés. L'un d'entre eux est lui aussi avec un reste de tranche, mais aussi avec un reste de date.

Pour les rares 2 sols à l'Hercule, c'est le second revers du monneron à la Liberté assise (type 7) qui est repris, justement celui qui comporte la tranche que l'on peut trouver sur ces 2 sols à l'Hercule...

Il est probable que toutes les deux sols à l'Hercule soient des refrappes de deux sols à la Liberté et que pour certaines la refrappe ne soit pas détectable.

Des notes* dans certains catalogues de vente  indiquent que les monnerons de un et deux sols sont des refrappes effectuées fin XIX°.

* Note relevée au n°1327 de Monnaies IV : "Margolis pense que ce type de pièce est une refrappe anglaise des années 1850. Ces monnaies de confiance ne figuraient pas dans l'ouvrage de Hénnin en 1826. Vers 1850, le matériel de Boulton fut vendu aux enchères. De la même façon et pour les mêmes raisons, Richard Margolis pense que la pièce de 1 Sol est apocryphe. Pourtant collectionnée, la pièce de 2 sols est particulièrement rare et recherchée. En fait ce type est directement à mettre en rapport avec l'essai à la pyramide."

Cette note ne semble pas entièrement exacte car si le sol à l'Hercule figure bien dans l'ouvrage "Cent ans de numismatique 1789-1889" de Dewamin qui date de 1893 (ou il est déjà considèré comme une monnaie apocryphe), ce n'est pas le cas des deux sols qui furent donc vraisemblablement fabriquées après 1893... De plus, je ne pense pas que les monnerons de un et deux sols à l'Hercule soient à mettre en relation avec l'essai à la pyramide décrit ci-dessous car ce dernier semble bien être une frappe d'époque.

Monnerons de UN et DEUX sols à l'Hercule, frappe d'époque ou apocryphe? A découvrir dans l'ouvrage "Monnaies de confiance 1791-1792". .

----------

Monneron de 5sols Hercule de 1792 argt
Monneron de 5 sols à l'Hercule argenté!

En 2 sols à l'Hercule, on trouve un type avec un revers dit "à la pyramide" sans indication de valeur. D'après plusieurs notes vues dans divers catalogues de vente (ex. au n°193 de la vente Kolsky, Monnaies VI) cette monnaie serait un essai. Je pense plutôt qu'il s'agit d'une frappe d'époque vendue comme médaille de collection. Il semble que cette pièce soit le plus souvent en frappe médaille.

Monneron de deux sols à la pyramide
2 sols "Hercule à la pyramide".

Fait étonnant, ce deux sols à la pyramide existe en flan argenté (Catalogue Platt de mai 2007).

On trouve deux associations de coins pour cette fabrication, mais l'une est extrêmement rare. On y trouve des nuages alignés et un avers assez différent... A découvrir....

 

Monneron de 2 sols "à la Liberté"
1791 et 1792
.

 1791 : 17 à 18g - 32mm
Tranche en creux :
"BON POUR BORD. MARSEIL. LYON. ROUEN. NANT. ET STRASB." 
et
 1792 : 16 à 18g - 32mm
Tranche en creux : "LA CONFIANCE AUGMENTE LA VALEUR"  


Monneron de 2sols a la liberte de 1792

L'avers représente la Liberté assise à gauche, appuyée sur la déclaration des Droits de l'Homme, tenant de la main droite une pique surmontée du bonnet phrygien, symbole de la liberté, et derrière, un coq, symbole de la vigilance.

Monneron de 2sols a la liberte de 1792  Monneron de 2sols a la liberte de 1792
Les deux revers présentent des légendes différentes.

Sur le premier revers de 1791 ("A ECHANGER") on trouve trois variétés quand à l'indication de la valeur en assignats : 50L, 50L. ou 50#.

Les deux sols de 1791 ont été fabriquées en même temps que les cinq sols au Pacte de 1791.

Pour la seconde émission ("qui se vend" et datée 1792) il existe une variété sans les parenthèses autour de PATENTE. Elle est nettement plus rare mais pourrait parfois être la conséquence d'un coin bouché.

La légende de la tranche (avec les points souvent absents entre les mots) est inscrite en creux dans le sens A ou B avec : 

- sur les premières émissions de 1791 : "BON POUR BORD. MARSEIL. LYON.  ROUEN. NANT. ET STRASB."

- sur les secondes de 1792 : "LA. CONFIANCE. AUGMENTE. LA. VALEUR".

La fabrication de cette seconde émission de deux sols débute certainement en même temps que celle des cinq sols du type 3, eux aussi avec la légende modifiée  "qui se vend".

A noter que sur les secondes émissions (datées 1792) on trouve au revers un point au-dessus du F de FRANÇAISE mais je n'en connaîs pas la signification.

Des deux sols Monneron de 1791 ont servi de flans pour la frappe de 2 sols aux balances, notamment à Rouen. Voir "Convention" --> "Deux sols aux balances" (rubrique "un mail intérressant").


Lien vers un récapitulatif des Monneron les plus connus, avec leurs variétés et cotes.


"CAISSE DE BONNE FOI"
et "CAISSE DE BONNE FOY".

3 sols de Thévenon
et 2 sols 6 deniers de Montagny
1791 (en cuivre).


3 sols Thevenon
3 sols 1791 de Thévenon d'une qualité exceptionnelle!
26mm et 4,67g. Frappe monnaie.

Il existe deux variétés principales de gravure à l'avers et au revers (une avec un point après le P de B. P. et l'autre sans point après le P comme ci-dessus). En fait c'est trois coins différents d'avers et de revers qui ont été utilisés mais une des associations est rare (à découvrir dans "Monnaies de confiance").

D'après le Bréviaire de J.M. Leconte, les 3 sols de Thevenon et les 2 sols 6 deniers de Montagny devraient peser 4,7g chacune mais la 3 sols avec point après B.P. que j'ai fait 5,69g! On s'aperçoit en y regardant de plus près que les flans furent modifés...

Je n'ai pas encore trouvé d'informations précises sur cette Caisse de Bonne Foi. Ces monnaies sont rarement proposées par les marchands, surtout les 3 sols! J'ai pu obtenir l'exemplaire ci-dessus lors de la vente Aix enchères art d'octobre 2007, il était décrit comme TTB alors qu'il est quasiment FDC... Comme je le dit souvent, il est important de se déplacer pour les belles ventes, surtout lorsqu'il n'existe que le catalogue papier avec des photos souvent trop petites!

2 sols 6 deniers
2 sols 6 deniers, 26mm et 4,65g, frappe médaille.

Le 2 sols 6 deniers  ci-dessus (qui se dit aussi " Six blancs de Montagny") existe aussi avec la légende FOI au lieu de FOY mais j'ai mis très longtemp à en trouvé un exemplaire. Les deux sont en photo dans le Dewamin.

2 sols 6 deniers
2s 6d avec légende FOI (issu du Dewamin).

Sur les exemplaires avec FOI, les lettres de la légende à l'avers EN ECHANGE restent de la même taille alors que les lettres NGE sont réduites sur les pièces avec FOY. On remarquera la cassure de coin au bas de l'avers!

Cotes (coins les plus courants)

TB

TTB

SUP

2 sols 6 deniers de Montagny

25

80

140

3 sols de Thévenon

40

120

220

Toutes les variantes (dont certaines très rares) sont à découvrir dans l'ouvrage "Monnaies de confiance 1791-1792". .

----------

Signalée par un lecteur, une pièce de 3 sols Thévenon apparemment en étain (!) de diamètre 25,6 et pesant 5,28g. Il semble n'y avoir aucune différence de gravure avec celles frappées en cuivre et il ne s'agit pas d'un moulage. Il semblerait que cette monnaie soit répertoriée dans le Hennin sous le n°345. Est-ce un essai ou une fausse monnaie fabriquée avec des coins authentiques?

 

LEFEVRE-LESAGE

Variétés et cotes

10 et 20 sols Lefèvre-Lesage à "Liberté assise"
1792 (en argent).


20 sols type 2.
Les 20 sols font 3g d'argent pour 24mm de diamètre.

Il existe plusieurs types de gravure pour les 10 et 20 sols. Les plus courantes sont les suivant :

- type (1) avec la légende continue à l'avers, et les légendes plus grosses (donc plus serrées) au revers,

- type (2) avec un point à l'exergue à l'avers, et les légendes plus fines (donc plus espacées) au revers.
 

Bon pour 10 sols lefèvre lesage
10 sols type 1.
Les 10 sols font 1,5g d'argent pour 21mm de diamètre.
 

Ces pièces sont normalement en frappe monnaie mais cet exemplaire de 10 sols type 1 (ci-dessus) est en frappe médaille. La 20 sols type 1 existe elle aussi en frappe médaille.

Bon pour 10 sols
10 sols type 2.

La 10 sols ci-dessus existe aussi sans # après 50. On remarque que le texte du revers est écrit en lettres plus petites que sur le type précédent.

L'avers des 10 sols, sans être identique, est similaire à celui des 20 sols. Le graveur ne semble pas être connu.

Pour les cotes des monnaies de confiance de la Compagnie Lefèvre-Lesage, les variétés dans l'axe de frappe ne semblent pas encore jouer un rôle important, mais cela pourrait changer...

Cotes
(coins les plus courants)

TB

TTB

SUP

20 sols légende continue,
frappe monnaie ou médaille

65

150

320

20 sols légende avec point à 6h,
frappe monnaie

50

130

280

10 sols légende continue,
frappe monnaie ou médaille

55

100

180

10 sols légende avec point à 6h,
frappe monnaie

50

90

150


Toutes les variantes existantes (dont 3 en 20 sols, 5 en 10 sols et 4 en 5 sols) sont à découvrir dans l'ouvrage "Monnaies de confiance 1791-1792".

5 sols Lefèvre-Lesage aux "Cornes d'abondance"
1792 (en argent).

5 sols Lefèvre Lesage
 Les 5 sols font environ 0,75g d'argent pour 17mm de diamètre. 

Pour les 5 sols il existe deux tailles de 5 au revers, l'exemplaire ci-dessus est avec un gros 5.

On trouve aussi des pièces avec 50 ou avec 50#. Les deux variétés (taille du 5 et présence ou non de #) ne semblent pas liées car on trouve le revers au petit 5 avec ou sans #.

Cotes
(coins les plus courants) 

TB

TTB

SUP

5 sols

40

80

170

----------

"Crée au printemps 1792, ces monnaies circulèrent peu après à Paris et en province (principalement à Nantes)".

Ces monnaies sont, sauf exception, nettement plus rares que les monnerons. Les quantités fabriquées sont plus faibles. De plus, elles sont en argent ce qui est peu commun pour des monnaies de confiance!

En 1791 on trouve un commissaire du roi nommé Jacques-Guillaume Le Sage qui était chargé du contrôle monétaire et notament de la fabrication des flans (comme à la fonderie de Maromme par exemple). On ne sait pas si celui-ci a un lien avec la fabrication ultérieure des monnaies de confiance Lefèvres-Lesage mais celà pourrait-être une piste (n&c n°379)! 

D'autres "Le sage" sont connus à l'époque sans que l'on sache s'il existe un lien de parenté entre eux ou s'il sagit de la même personne :

- un Le Sage dirigeait la manufacture de draps de laine à Rouen de 1757 à 1778 et à Issoudun.

- à la fin du règne de Louis XVI et jusqu'en 1792, un nommé Le Sage était entrepreneur de la manufacture royale de Bourges-Mazières fournissant du fer ouvré.

Une seule chose est sure, un Le Sage ou Lesage associé à un négociant nommé Lefèvre à bien formé une compagnie qui mit en circulation des monnaies de confiance de 5, 10 et 20 sols en argent. Celles-ci furent interdites, elles aussi, par l'arrêté du 3 mai 1792 puis le décret du 3 septembre 1792.


 

2 SOLS AUX TROPHEES DE CLEMANSON
12 à 15g pour 30mm.

1792 (en bronze).


2 sols Clemanson
"Médaille de confiance" de 2 sols de Clémanson. Celui-ci fait 15g.

Sur l'avers, on doit lire en légende circulaire : CLEMANSON ET Cp Nes PLACE CONFORT A LYON" et au revers "VIVRE LIBRE OU MOURIR".

Au centre du revers on doit lire : "médaille de confiance de 2 sols échangeable contre des assignat et mandat (sans "s") de toute valeur" .

Ces pièces sont en frappe médaille. La tranche est brute.

Comme pour les monnerons du premier type (1791), on retrouve la légende "VIVRE LIBRE OU MOURIR" au revers (sans le S à LIBRE).

Cotes

TB

TTB

SUP

2 sols aux trophées de Clémanson

40

130

350

Certains exemplaires sont frappés sur des flans en laiton.

Il existe une autre pièce de 2 sols Clémanson dite "à la Devise". Le revers est identique à la précédente mais à l'avers on trouve un faisceau seul avec la légende de part et d'autre : "LA NATION LA LOI ET LE ROI" sur trois lignes. Personnellement, je n'en ai jamais vu. Même Dewamin dans sont ouvrage très complet de 1893 n'avait pu reproduire qu'un dessin de cette monnaie, mais celui-ci est erroné car il n'y a qu'un seul croisement de ruban sur la colonne en réalité...

2 sols Clemanson

Là aussi, on retrouve au revers la légende "VIVRE LIBRE OU MOURIR" (sans le S à LIBRE).

Photos authentiques à découvrir dans l'ouvrage 
"Monnaies de confiance 1791-1792".


 

MANUFACTURE DE PORCELAINE POTTER

5, 7, 10 et 20 sols
1792.

 

Ces monnaies de confiance furent émises afin de payer les ouvriers de la manufacture de porcelaine de la rue de Crussol à Paris. Elles sont en argent est restent assez rares.

Sur les 20 sols, on trouve la légende : BON POUR / PAYABLE / A VUE EN / ASSIGNATS / DE 50# et sur les plus petites valeurs on a seulement B.P. / PAYABLE / EN / ASSIGNATS / DE 50#.

Ces pièces sont usuellement en frappe médaille mais peuvent être en frappe monnaie.

La 20 sols existe avec une date erronée : 1972 pour 1792.

On trouve de nombreuses variétés pour chaque valeurs. Ces monnaies n'étant pas très répandues sur le marché numismatique, je n'en ferais pas le détail ici.

Idem pour les émissions de la Caisse Métallique qui fabriqua des monnaies de confiance en billon de 18 deniers dont on peut retrouver quelques exemplaires dans divers catalogues de vente.

Enfin, il existe d'autres monnaies de confiance mais leur diffusion fut si restreinte qu'il n'en subsiste certainement aujourd'hui que très peut d'exemplaires. Je ne pense pas qu'il soit utile d'en donner le détail ici. Pour ceux qui veulent aller plus loin dans l'étude de ce monnayage particulier, elles sont  décrites dans l'ouvrage "Monnaies de confiance 1791-1792".


statistiques


Copyright (c) 2005-2006 infonumis. Tous droits réservés.
contact@infonumis.info